Petits moyens, grandes idées : une autre solution pour lancer son activité


Avec toutes les ressources disponibles sur la toile pour créer soi même son site web ou son blog et le monétiser, lancer une activité profitable avec très peu de moyens semble accessible à tous en 2014.

Et c’est peut être votre cas aujourd’hui : vous avez récupéré une audience stable et imposé votre place sur le web… assez pour justifier votre légitimité à vendre vos propres produits ou vos formations.

Mais quand vient l’heure de trouver un cadre légal à son activité, la décision se révèle assez compliquée :

Doit on continuer à vendre en tant que particulier, quittes à déclarer ses rentrées aux impôts et être très limité ?

Créer une SARL, une EIRL, une SAS ? Pas sûr que le volume de vos ventes couvrent les charges et nourrissent suffisamment les caisses qui vont vite s’imposer dès le départ…

Se mettre en auto-entreprise ? Même si le statut semble avoir tous les avantages pour lancer une petite activité, ce n’est peut être pas la meilleure solution pour vous, sauf si vous êtes prêts à accepter le fait d’être imposé sur le Chiffre d’Affaires… pas terrible !

Entreprendre en offshore ? Si votre opportunisme vous pousse à renier les avantages sociaux que vous offre notre joli pays, il faut également avoir un bon petit matelas avant de s’installer en Irlande.

Bref… on a fait le tour du casse tête et quoi ?… On laisse tomber ce si beau projet ?

Peut être pas, car il existe une dernière solution dont on ne parle pas souvent et qui peut vous arranger :

L’association Loi 1901

Là, j’entends déjà votre étonnement…

L’air de rien, cette solution, sauf si vous avez réellement la fibre bénévole, peut vous aider à vous lancer… en attendant d’avoir des revenus conséquents.

Contrairement aux idées reçues, réaliser des bénéfices avec une association n’est pas du tout interdit.

C’est tout à fait possible, bien sûr si on ne dépasse pas certaines limites, mais vous n’en êtes pas encore là et même si vous y arrivez vite, il n’est pas impossible de doter rapidement à son entité, un cadre plus « classique ».

Il n’est même pas impossible de rémunérer son dirigeant principal pour une activité précise (comme développeur web par exemple), mais encore une fois, dans une certaine limite.

Cerise sur le gâteau, il est également possible d’employer du personnel, à condition de passer par la case Urssaf…

Les formalités

Par rapport à une entreprise, créer une association est d’une simplicité déconcertante.

  1. Il faut tout d’abord rédiger une assemblée générale constitutive, signée par les membres fondateurs de l’association, qui doivent être au minimum deux (en même temps, c’est le principe de l’association…)

  2. Puis rédiger les statuts : peut-être l’étape la plus compliquée si le site des services publics www.vosdroits.service-public.fr/associations ne nous en fournissait pas un modèle. Attention cependant au choix de l’objet : bien expliquer son activité sans toutefois la limiter pour pouvoir proposer des services « annexes » ponctuels.

  3. Toujours sur le site du service public, effectuer la télédéclaration en à peu près 10 minutes.

  4. Quelques jours plus tard, la préfecture vous envoie un récépissé que vous vous empressez d’envoyer au Journal Officiel des Associations, étape non obligatoire mais vivement conseillée si l’on souhaite donner une existence légale à son assoc. Sauf si vous avez un objet très long, cette étape coûte 44 euros environ (c’est le seul montant que vous aurez à débourser hors frais postaux, tout le reste est gratuit).

  5. Une dizaine de jours plus tard, transmettez l’extrait de l’annonce légale à l’INSEE, joint à votre demande de numéro SIREN.

  6. Pour finir, collectez toutes les « pièces d’identités » de votre association pour créer un compte en banque au nom de celle-ci, détail à ne surtout pas négliger pour ne pas tomber dans le détournement de bien social.

  7. Équipé d’un compte en banque et d’un numéro SIRET, vous pouvez dès maintenant créer un compte Paypal et lever ainsi la fameuse limite des 2500 euros imposée aux particuliers.

Toute la procédure de création peut durer de un à deux mois, suivant la rapidité des fonctionnaires.

Pas besoin d’un comptable : un simple livre de compte (recettes/dépenses) fera l’affaire.

Par contre il vous faudra régulièrement réaliser une Assemblée Générale et procéder à l’élection des membres du bureau, si vous le prévoyez dans les statuts.

L’inconvénient : ne pas vendre n’importe quoi

Il faut bien sûr faire très attention au format de ses prestations proposées : le cadre juridique de l’association a été crée pour des raisons évidentes et non pour faire concurrence déloyale à des sociétés commerciales qui ne tarderont pas à vous dénoncer le cas échéant.

Alors, pourquoi pas ?

L’association peut être une solution pour mettre un pied à l’étrier et commencer un projet sans prendre trop de risques.

Les gros avantages étant de ne pas avoir de comptes à rendre au Rsi et d’oublier la TVA pour pouvoir tester son business modèle dans un cadre légal moins coûteux.

De plus, il se peut que vous preniez goût au mode associatif, ce qui ne pourra qu’être bien vu par la communauté… et que finalement, vous y restiez !





Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

Pas de commentaire avec des ancres optimisées du style "gagner de l'argent" ou "casino en ligne", merci.