Archive

Category Archives for "Interview"
12

Devenez expert Web Entrepreneur Débutant

Vous avez un blog sur la mode et vous êtes confronté à des problématiques de marketing qui n’intéressent pas vos lecteurs ? Vous bloguez sur le jardinage et vous ne savez pas où partager vos connaissances en référencement ?

Devenez expert Web Entrepreneur Débutant !

Voici tous les avantages:

Vous faites reconnaitre votre expertise auprès de la communauté Web Entrepreneur Débutant

Vous générez du trafic pour votre site/blog

  • sous chaque article il y a un encart tel que celui ci-dessous qui vous présente vous et votre blog

Vous améliorez votre référencement

  • dans chaque article vous pouvez mettre jusqu’à 3 liens vers des pages de votre blog

Vous développez vos revenus

  • Vous pouvez inclure jusqu’à 3 liens affiliés et/ou publicités dans vos articles

Vous montez en compétence en blogging

  • Je vous aide à affiner vos articles: vous bénéficiez des conseils d’un blogueur professionnel pour choisir l’angle d’attaque, le titre et la rédaction de vos articles

Et tout ça sans aucun contrainte !

  • Aucune obligation en terme de publication, vous êtes libre de proposer des articles quand vous le voulez.

Si vous voulez publier votre premier article sur Web Entrepreneur Débutant et rejoindre notre équipe d’experts, utilisez le formulaire de contact ci-dessous pour proposer un sujet d’article.

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Si votre candidature est acceptée je prendrai contact avec vous pour parler de votre article et je vous ferai parvenir vos identifiants de rédacteur pour vous connecter sur le site.

14

Le forum Web Entrepreneur Débutant fête ses 6 mois et passe la barre des 10 000 messages

Un court article pour vous annoncer que le forum Web Entrepreneur Débutant a fêté hier ses 6 mois d’existence, et qu’il vient également de franchir la barre symbolique des 10 000 messages.

Je remercie tous ceux qui s’impliquent sur ce forum pour échanger et apprendre aux plus novices, et tout particulièrement Adrien, le blogueur au grand coeur de 3615malife, et weetabix « le net ça le connait » de Euklide. Merci à vous les gars pour tout ce que vous apportez aux autres, vous êtes des exemples de générosité.

En tout cas ce forum est pour moi un outil de plus en plus indispensable pour mon activité de blogueur car il me permet de trouver de l’aide quand je bute sur un problème technique et il me permet également d’être au courant des tendances et des dernières techniques pour développer un business sur Internet.

J’en profite d’ailleurs pour annoncer qu’on vient juste d’ouvrir une nouvelle section dédiée au marketing sur laquelle nous échangeons sur les différentes formations qui existent dans le domaine, sur la création de produits pour son blog, et déja un petit groupe de passionnés est en train de se former.

Maintenant, pour faire de ce forum un outil encore plus efficace pour vous aider à développer votre business j’aimerais vous poser une question:

Est-ce qu’il y a une fonctionnalité ou un thème que vous voudriez voir apparaître sur le forum ?

J’attends vos avis ! En attendant je suis en train de bosser sur le design pour vous proposer un blog et un forum qui claquent beaucoup plus au niveau visuel.

Si vous ne l’avez pas encore fait je vous invite à nous rejoindre sur le forum, vous pouvez même faire une présentation de votre blog pour vous faire connaitre.

30

Comment Cyrille a réalisé son rêve en devenant web marketeur professionnel

J’accueille aujourd’hui un marketeur qui a récemment rejoint le forum Web Entrepreneur Débutant. Cyrille est un français vivant à Budapest, il est spécialiste du marketing web et il va nous expliquer comment il gagne sa vie sur Internet, notamment grâce à l’affiliation aux Etats-Unis.

Bonjour Cyrille, peux-tu nous expliquer ton parcours, comment tu en es arrivé là ?

 

 

 

Bonjour Aurélien, merci beaucoup de m’accueillir sur ton blog.

Depuis des années je m’abreuvais de conseils de grands marketeurs américains, ayant la passion du marketing. Comme beaucoup d’entre nous, j’étais scotché dans un job qui m’ennuyait, à travailler tous les jours de 9h à 20h. En fait, j’avais soif de liberté, je rêvais de faire des voyages, apprendre de nouvelles langues, découvrir des cultures, et de vivre comme bon me semble, ou je veux, être libre en somme ! J’étais fasciné par le fait de pouvoir travailler depuis n’importe où, depuis une plage paradisiaque, un bar, le bord d’une piscine…  Je voyais des marketeurs américains faire des centaines de milliers d’euros grâce à leurs sites web. J’essayer d’apprendre autant que possible de leurs blogs, newsletters, et je sentais que je voulais y parvenir moi aussi un jour, mais je ne voyais pas concrètement comment, ni avec quel projet.

En attendant, pour trouver un peu de cette liberté, j’essayais de chercher un job à l’étranger, plus particulièrement en Hongrie, pays que j’avais découvert et aimé en tant qu’étudiant. Je te passe les péripéties, mais j’ai joué de malchance, et j’étais toujours scotché dans ce job fin 2008. J’étais au fond du trou, d’autant que je devais y retrouver ma copine, et que ça en sonnait le glas. Et finalement, le 24 décembre au soir, pendant la veillée de noël, je suis tombé sur un coaching organisé par un marketeur aux Etats-unis qui proposait de guider de A à Z pour générer des revenus sur le Web.  Et ça, c’est la chose qui a tout changé.  Je me suis lancé, quasiment sans argent, en y mettant le peu d’économies que j’avais pour payer les 2000 dollars de la formation. Mon rêve était de pouvoir me prouver que j’étais capable de me bâtir mon propre salaire, pour partir vivre où je le désirais. Pendant les 2 mois qui ont suivi, j’ai bossé jour et nuit, soir et week-end, en parallèle de mon job à plein temps, à tester encore et encore des techniques pour comprendre comment réussir à générer des milliers d’euros de profits avec un site web.

Au bout de 2 mois, pour la première fois, à force d’améliorer ma stratégie et mes techniques, j’ai découvert le potentiel immense qui était à ma portée, car j’ai soudainement eu un site web qui du jour au lendemain me générait plus de 500€ de bénéfice, par jour !  Comme tu peux t’en douter, ça a été un sentiment de libération indescriptible, et tout à basculé. Tout est allé ensuite très vite, j’ai créé ma boite, je m’y suis consacré à plein temps, et j’ai déménagé en Hongrie au début de l’été 2009.

Depuis, j’en ai fait une entreprise qui me permet de réaliser mes rêves, ce qui me rend heureux, et c’est l’essentiel !


Comment tu gagnes ta vie actuellement ?

 

 

Les revenus de mon entreprise proviennent de 2 sources principales :

Mes propres sites, aux Etats-Unis et en France, qui comptent pour les 2/3 de mes rentrées d’argent environ.

Le reste provient d’une poignée de clients en consulting triés sur le volet.

J’essaie de consacrer de plus en plus de temps avec mes clients, car je trouve encore plus excitant d’aider à faire décoller le projet d’un entrepreneur qui y met toute son énergie et sa passion.


Qu’est-ce que tu penses du marché français ? Est-ce que tu penses qu’il va se développer ?

 

 

Le marché français de l’internet va continuer à grimper à une allure à faire pâlir d’envie tous les supports, tout comme le marché du mobile.

Au niveau de l’affiliation en général, il est plus difficile de faire une prédiction. On n’est pas dans la situation des Etats-Unis qui ont brassé des sommes folles, avec une affiliation ultra-professionnelle quelque soit les méthodes utilisées.

En comparaison, l’affiliation en France passe presque inaperçue. Il suffit de parler d’affiliation dans ton entourage pour te rendre compte que c’est quelque chose qui n’est absolument pas arrivé aux oreilles du grand public.

Il me semble que cela est dû à 2 problèmes majeurs.

Premièrement, l’attitude des plates-formes françaises freine aujourd’hui beaucoup d’affiliés. On est vraiment à des années lumières de ce que proposent les réseaux de CPA américains. Les affiliate managers sont aux abonnés absents, les conditions de paiement des affiliés sont très mauvaises, et seuls les emailers et les gros sites de contenu sont à leur aise. Et je ne parle même pas des délais et conditions d’acceptation aux programmes.

Si les plates-formes apprennent à chouchouter leurs affiliés comme ils le méritent, cela pourrait vraiment changer le visage de l’industrie à terme.

D’autre part, les programmes eux-mêmes sont limités et peu rémunérateurs, si l’on compare avec ce que se fait aux Etats-Unis. Les bons programmes qui rémunèrent au lead sont encore rares, hors ce genre de programme est le signe d’un marketing bien maitrisé.

Mon feeling est que ce sont les affiliés qui vont changer la donne. Je pense qu’avec la mâturité, de plus en plus d’affiliés vont se pencher sur la création de produits et les pousser sur les plates-formes d’affiliation. Et en parallèle, je pense que plusieurs plates-formes d’affiliations de nouvelles génération crées par des affiliés non exclusivement emailers vont apparaitre et sortir les plates-formes de leur ronronnement.


Tu es un marketeur, je suis un blogueur, on assiste de plus en plus à une professionnalisation des blogs en France, avec des techniques marketing de plus en plus pointues (utilisation massive de l’emailing par exemple), qu’est ce que tu penses de cette tendance ?

Je trouve intéressant de voir l’importance que prennent les blogs en France.

J’ai la sensation qu’en réalité peu de marketeurs français ont pris le wagon précédent, de l’affiliation massive.

Par contre, aujourd’hui beaucoup sortent du bois avec cette approche de plus en plus maitrisée d’un blog qui monétise en aval.

Pour moi, cela va dans le sens de l’histoire, dans la mesure où un blog permet de nouer une relation de confiance très forte, d’autant plus lorsqu’un forum lui est rattaché, comme dans ton cas.

De plus, la tendance est à la disparition progressive du tracking non sollicité par l’internaute, ce qui effraie d’ailleurs beaucoup d’affiliés.

Si l’on suppose que cette tendance se confirmera, les affiliés qui ont une relation étroite avec leur cible et ont l’habitude d’interagir en permanence pourront tirer leur épingle du jeu.

La difficulté qui me vient à l’esprit est pour l’instant la relative faiblesse et le manque de produits à promouvoir sur le marché français, même si les progrès sont manifestes.

Cela peut poser problème, car il est plus difficile de faire des milliers d’euros par mois d’un blog dans ces conditions, alors même que le travail en amont est aussi lourd.

Heureusement, je pense que ce problème va rapidement s’estomper, à mesure que des experts sauront bâtir des produits bien markétés. Nous ne sommes pas un pays de marketeurs, mais cela change tout doucement.

Quels sont tes projets futurs ?

Mon principal objectif aujourd’hui est d’aider un maximum d’entrepreneurs, notamment de trouver un moyen d’aider ceux qui ne peuvent pas dépenser des dizaines de milliers d’euros en consulting.

J’ai décidé de me concentrer sur cet objectif pour deux raisons.

Premièrement, j’ai remarqué qu’autour de moi mon parcours suscitait de plus en plus de vocations, et que j’étais de plus en plus sollicité par des proches qui désiraient lâcher leur job et lancer leur propre site web pour en vivre.

Deuxièmement, aider des entrepreneurs est une des choses les plus passionnantes et les plus gratifiantes qu’il m’ait était donné de faire. De mon point de vue, c’est aussi un devoir de consacrer une partie de mon temps à aider des personnes qui ont la volonté de réussir et qui ont juste besoin qu’on leur montre la voie à suivre pour réaliser leurs rêves.

Pour arriver à aider des entrepreneurs, je travaille sur 2 projets en parallèle :

Premièrement, j’ai créé une formation qui enseigne exactement la méthode complète pour bâtir un site à profits, dans laquelle je coache aujourd’hui des amis entrepreneurs, depuis le démarrage de leur projet sur le web jusqu’à ce qu’ils génèrent des milliers d’euros, et atteignent le style de vie dont ils rêvent. Je leur livre tous mes secrets, qui s’appuient sur des tests concrets que j’ai réalisé sur plus de 150 sites web, et sur les méthodes utilisées par les meilleurs marketeurs au monde.

Je suis en train de travailler en ce moment d’arrache pied sur ce coaching, et je pense agrandir la communauté dans quelques semaines en ouvrant l’accès à une poignée de nouveaux membres.

Si cela intéresse certains de tes lecteurs, je les invite à s’inscrire sur www.siteaprofits.fr pour être alerté à l’ouverture, et postuler pour l’une des places disponibles.

Le deuxième grand projet qui me tient à cœur, c’est de coacher également des entrepreneurs situés en Afrique, via des formations gratuites, des consultants locaux, et une fondation de type Venture Capital à plus petite échelle, et soutenant des projets « positifs ». Je compte à m’y implanter au long terme, avec comme port d’attache le Sénégal, et je vais certainement démarrer en 2011 une collaboration avec Entrepreneurs du monde, une association de microcrédit bien implantée en Afrique qui soutient les entrepreneurs.

J’espère ne pas avoir été trop bavard, merci encore pour ces échanges.

Je souhaite beaucoup de succès pour l’année 2011, à toi ainsi qu’à tes lecteurs.

Merci à toi pour tes réponses ! Posez vos questions à Cyrille directement dans les commentaires.

Pour en savoir plus sur ses méthodes consultez son site: www.siteaprofits.fr.

 

21

Petit guide à l’usage des intervieweurs débutants

Aujourd’hui j’accueille  Jérémy, l’auteur du blog Demain Je Change. Jérémy  a travaillé à la télévision et à la radio, et fort de son expérience il m’a contacté pour faire un article invité sur Web Entrepreneur Débutant pour nous fait part de ses conseils et nous apprendre à réussir une interview sur un blog.

Pourquoi il n’est pas si simple de réussir une interview

Pour développer son blog, il existe une technique simple et très efficace : l’interview. L’interview a plusieurs avantages : pour celui qui la réalise, de lui offrir du contenu de qualité pratiquement sans effort et d’affirmer son autorité auprès de son lectorat ; et pour celui qui y répond, tout simplement de faire connaître son blog, ses produits et ses travaux sur un nouvel espace virtuel où il est mis en valeur, ce qui devrait lui apporter quelques visiteurs supplémentaires et accroître sa crédibilité, le tout gratuitement. Du gagnant-gagnant, en somme.

Sauf que.

Sauf que l’interview peut très vite devenir un outil casse-gueule si on ne maîtrise pas au moins quelques bases. Si vos lecteurs ont l’impression de lire des questions qu’un enfant de 9 ans aurait pu rédiger, c’est votre crédibilité qui en prend un coup. Si vous ne posez pas les bonnes questions, si vous restez trop en surface, si vous n’incitez pas votre interlocuteur à livrer des informations intéressantes et pertinentes, au bout de trois questions vos lecteurs quitteront votre site, peut-être pour ne jamais y revenir.

La bonne nouvelle ? Vous pouvez éviter ça. Ce mini guide vous présente quelques unes des erreurs les plus souvent commises par les intervieweurs débutants, et vous livre quelques techniques journalistiques très simples à mettre en place. Prêt ?

La préparation :

 

Définir son angle et le faire connaître à son interlocuteur.

Il s’agit simplement de déterminer quel aspect d’un problème ou d’une thématique on désire aborder. C’est un point de vue.

Par exemple, si je réalise l’interview de Christophe, boulanger. J’ai plusieurs angles d’attaque possible. Je peux axer mon interview sur :

– les façons de fabriquer le pain,

– le mode de vie décalé et intensif d’un boulanger,

– sa vision de l’évolution du prix de la baguette,

– etc, etc.

L’idée générale c’est de savoir où on va, de définir un fil conducteur pour être capable de mener l’interview. La question à se poser pour définir son angle, c’est tout simplement « qu’est-ce que je veux savoir précisément ? ». Après ça, vous pouvez mettre sur papier les questions qui vous viennent à l’esprit et les ordonner de façon à ce qu’elles s’enchaînent logiquement, afin de fluidifier le déroulé de l’entretien à suivre.

Il est important de définir son angle et de le faire connaître pour deux raisons : que votre interlocuteur se prépare un minimum au(x) sujet(s) que vous allez aborder, et que votre interview soit cohérente afin de ne pas perdre vos lecteurs/auditeurs durant la lecture/l’écoute.

L’interview en elle-même : les techniques

Les techniques d’interviews sont toutes étroitement liées. L’idée c’est, évidemment, de recevoir de l’information. Et tant qu’à faire, de l’information pertinente. Pour cela, vous allez devoir poser des questions, je ne vous apprends rien, mais aussi et surtout être capable de réagir à ce que votre interviewé va vous répondre. Voici donc quelques points essentiels dans la conduite d’une interview.

Savoir rebondir : rebondir, c’est tout simplement, lorsque votre interlocuteur vous donne un élément auquel vous ne vous attendiez pas et qui vous semble intéressant, de sauter sur l’occasion pour lui demander plus de précisions sur ce sujet.

Concrètement, si je devais interviewer Aurélien sur ses voyages, rebondir pourrait s‘illustrer comme ça :

Question : Aurélien, quel est ton meilleur souvenir de voyage ?

Réponse : Mon meilleur souvenir, c‘est sûrement quand j‘ai escaladé le Machu Pichu à dos de lama avec pour seul guide un plan Viamichelin imprimé dans un cybercafé de Lima. De toute façon, globalement, à part une ou deux mauvaises surprises, mes voyages m‘ont tous donné d‘excellents souvenirs.

Et là, au lieu d’enchaîner sur la question suivante, on rebondit :

– Ah bon ? Quelles mauvaises surprises ?

– Blablabla.

On n’avait pas prévu de parler de ses mauvais souvenirs, mais puisqu’il nous tend la perche, on l’exploite. Quitte à revenir ensuite sur les bons souvenirs, si on désire approfondir. Généralement, savoir rebondir sur un élément donné permet de récupérer d’excellentes anecdotes de la part de son interlocuteur. En journalisme, c’est de cette manière que sortent les fameux scoops. La meilleure technique pour rebondir : s’étonner de tout.

Pratiquer l’étonnement : Pour caricaturer, il suffit de donner du « Pourquoi ? » et du « Ah bon ? » à toutes les sauces. L’étonnement incite son interlocuteur à en dire plus, à se livrer, à expliciter plus concrètement ses propos. Bref, à rentrer plus dans les détails.

Toujours l’exemple d’une interview fictive d’Aurélien :

Question : Aurélien, est-ce qu’il t’est déjà arrivé de revenir de voyages avec des mauvais souvenirs ?

Réponse : Non, en général tout se passe bien. La seule fois où j’aurai pu avoir un mauvais souvenir, tout s’est bien terminé.

Relance : Ah bon ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

Réponse : Oh rien de bien méchant, je me suis fait agressé une fois, heureusement j’ai pris mes jambes à mon cou et je m’en suis sorti.

Relance : Ah ? C’était dans quel pays ? Dans quelles circonstances ? Etc.

Concrètement, l’étonnement n’est qu’une des techniques pour rebondir sur les propos de son interlocuteur. Mais globalement, c’est une technique journalistique très puissante.

Savoir reformuler : Reformuler, c’est tout simplement, lorsqu’on vous donne une réponse qui ne vous satisfait pas (trop courte, à côté de la plaque, incomplète, etc), de reposer la même question avec des mots différents, parfois un peu plus tard dans l’interview. L‘idée, si vous voulez vraiment obtenir une réponse qui vous plait, c’est de ruser pour ne pas paraître lourd en reposant la même question, au risque de froisser votre interlocuteur, qui fait de son mieux (en général, hein) pour vous donner une réponse complète. C’est donc à vous de reformuler, en changeant la tournure de la phrase, en utilisant des synonymes, en partant sur un sujet totalement différent pour ensuite revenir sur celui-ci, …, la seule limite, c’est votre imagination !

Exemple :

Question : Aurélien, pourquoi as-tu créé Read Me I’m Famous ?

Réponse : Tout simplement parce que j’adore écrire !

Reformulation : Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans l’aventure du blogging ?

Réponse : En fait j’avais envie de changer totalement mon mode de vie car je me suis rendu compte que mon ancien boulot à la Défense, je n’en pouvais plus. Les horaires, le patron, blablabla, etc.

Parfois, il faut ramer un peu pour obtenir des réponses satisfaisantes. Surtout quand on tombe sur des gens peu bavards ou qui sont mal à l’aise avec l’exercice de l’interview (à l‘oral, ça vous arrivera forcément un jour !). Dans ce cas, il faudra user de tous vos talents de diplomate pour mettre votre interlocuteur à l‘aise.

Les erreurs à éviter :

Ne parlez pas de vous / ne donnez pas votre avis : ce n’est pas votre avis qu’est venu chercher le lecteur, mais celui de l’expert que vous interviewez. Evitez donc de trop marquer votre acquiescement. Et bannissez vos anecdotes qui ne servent qu’à reformuler les propos de votre interlocuteur avec votre propre vécu. C’est redondant et ça ne sert à rien. Afin de mettre un peu de piment dans le dialogue, il peut être intéressant, parfois, d’apporter un peu de contradiction à votre interlocuteur, afin de le faire étayer ses propos et argumenter davantage.

Soyez à l’écoute : trop souvent, les intervieweurs débutants sont tellement concentrés sur la prochaine question qu’ils vont poser qu’ils n’écoutent pas la réponse qui est en train de leur être donnée. Du coup, il leur arrive souvent de passer à côté d’informations intéressantes alors qu’en étant attentif, ils pourraient trouver un élément sur lequel rebondir.

Soyez à l’aise afin que votre interlocuteur le soit aussi. J’ai connu pas mal de gens qui étaient parfaitement à l’aise en off, et qui se tétanisaient dès que j’allumais le micro pour les enregistrer. Une astuce pour mettre les gens à l’aise, c’est de commencer par des questions simples, précises, auxquelles on sait pertinemment qu’ils auront la réponse, et pour lesquelles il n’y a pas besoin de réfléchir. Typiquement : « depuis combien de temps tu fais ce métier ? », « qu’est-ce que tu faisais avant ? », « tu travailles seul ou avec des salariés ? ». Etc. L’idée c’est de laisser son interlocuteur prendre confiance tranquillement avant d’attaquer réellement les choses sérieuses.

– Ne vous laissez pas déstabiliser : il est très rare qu’une interview se déroule exactement comme vous l’aviez prévu (et ce n’est généralement pas bon signe). Si votre interlocuteur vous emmène sur un terrain que vous ne souhaitez pas aborder, ce n’est pas grave, gardez votre calme et recadrez le tranquillement lors de la question suivante. Si besoin, vous pouvez lui couper la parole. Ce n’est pas très poli, mais quand il y a des contraintes de temps, cela peut s’avérer nécessaire.

– Sauf dans des cas bien précis, évitez les questions fermées (qui impliquent une réponse par oui/non), et préférez les questions ouvertes, qui impliquent une réponse plus développée. « Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ? » plutôt que « Tu aimes écrire ? », par exemple.

 

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de cet article : une interview n‘est pas une suite de questions et de réponses. Une interview doit se dérouler comme une conversation, dans laquelle vous menez la danse et vous mettez tout en œuvre pour faire dire à votre interlocuteur ce qu’il a à dire. Une interview est vivante, personnelle. Elle doit aller chercher l’information en profondeur, s’intéresser réellement à son interlocuteur. Montrez-vous curieux, allez chercher la singularité de la personne que vous avez en face de vous : elle a forcément des choses à vous raconter. Et si vous devez traiter un sujet assez commun, n’hésitez pas à choisir un angle original afin de donner de l’intérêt à l’interview, ainsi que du plaisir et du contenu à vos lecteurs.

Et vous quelles sont vos techniques favorites pour faire des interviews ?

Vous pouvez poser vos questions à Jérémy dans les commentaires. Retrouvez tous les articles et les conseils de Jérémy sur Demain je change.

8

Monétisez votre site en vendant des liens avec teliad – Article sponsorisé

L’équipe de teliad m’a contacté récemment pour communiquer sur Web Entrepreneur Débutant au sujet de la vente de liens. J’ai donc réalisé une interview de Nathalie, Country Manager pour la France chez teliad. En vous inscrivant sur leur plate-forme via le lien en bas de page vous pourrez également bénéficier de conseils personnalisés pour monétiser votre site avec la vente de liens

Bonjour Nathalie, teliad est un marché de liens, pouvez-vous nous expliquer le principe?

Bonjour Aurélien, teliad est la place de marché pour l’achat et la vente de liens texte. Les liens de texte (ou backlinks) font partie des formes de publicité en ligne les plus efficaces car ils améliorent le positionnement des sites auprès des moteurs de recherche.
Les vendeurs peuvent monétiser leur site en vendant des backlinks et les annonceurs peuvent améliorer stratégiquement leur référencement naturel sur les moteurs de recherche en achetant des liens. Nous travaillons avec des grands sites en ligne, des agences, que ce soit en France ou à l’étranger, c’est pourquoi nous sommes toujours à la recherche de sites de qualité qui désirent vendre des liens.

Intéressant, et quels types de liens peut-on vendre sur teliad?

On peut vendre des liens de texte et des post-links. Un lien de texte c’est un lien intégré sur une page web, à l’emplacement proposé par chaque vendeur. Le vendeur peut intégrer les liens dans sa blogroll ou encore au centre de sa page web. C’est le vendeur qui détermine l’emplacement et c’est l’acheteur qui donne le lien et le texte du lien.

Le post-link, c’est un lien placé dans un article. Les sites d’info mettent en ligne leur offre via leur flux RSS : les annonceurs cherchent un mot-clé dans la base de donnée, ils voient les articles qui contiennent ce mot-clé et peuvent le réserver.

D’accord, et sur quels critères acceptez vous les sites?

Il faut bien sûr que le site ou plutôt l’URL soit bien indexé mais pas seulement, le site doit avoir un contenu de qualité et unique. Ce qu’on regarde également, c’est le positionnement du site sur les moteurs de recherche. On regarde si le site est positionné pour sa thématique car les liens vendus servent au référencement naturel des annonceurs, ce ne sont pas des liens sponsorisés. D’ailleurs chez nous la rémunération est mensuelle et fixe, elle ne dépend pas du taux de clics ou du nombre de page vues. Quant aux thèmes, ils sont très divers : nos annonceurs recherchent des offres dans tous les domaines, notre catalogue a plus de 30 catégories. Que les blogs parlent de mode, de sport ou de développement web, la demande est importante, je ne peux malheureusement pas tout citer!

Est-ce que vous demandez l’exclusivité ?

Non, il n’y a pas de contrat d’exclusivité entre les vendeurs et teliad, les blogueurs peuvent
monétiser leur site via d’autres régies de publicité.

C’est une bonne chose, et combien peut-on espérer gagner ?

C’est très variable! Chez nous les vendeurs fixent leur prix et peuvent proposer différents emplacements. Vendre des liens c’est un moyen efficace pour monétiser son site: cela ne prend pas beaucoup de place, c’est discret et flexible car les vendeurs intègrent manuellement les liens. Il y a plusieurs façons de monétiser son site avec la vente de liens. La rémunération dépend donc de la stratégie du vendeur et de la qualité de son site, chez nous des blogueurs
peuvent gagner aussi bien 5€ par mois que 100€ par lien! Il est donc difficile de donner une réponse précise c’est pourquoi nous proposons aux lecteurs de WED des conseils personnalisés pour optimiser la monétisation de leur site via la vente de lien. En s’inscrivant sur notre plate-forme ils peuvent avoir des conseils personnalisés et se faire une idée des gains possibles:
Inscrivez vous ici et recevez gratuitement des conseils personnalisés pour monétiser votre site via la vente de liens

N’hésitez pas à poser vos questions concernant la vente de liens, Nathalie y répondra personnellement.

17

Rejoignez la communauté Web Entrepreneur Débutant

Ca fait 3 mois que j’ai créé le forum Web Entrepreneur Débutant, et en 3 mois ce sont plus de 300 sujets et 4 000 messages qui ont été postés et 85 membres qui nous ont rejoint, dont certains très actifs (Adrien si tu m’entends..)

Au départ je voulais créer un espace de discussion pour permettre à cette nouvelle génération de blogueurs d’échanger et de progresser encore plus vite, et puis d’autres web entrepreneurs nous ont rejoint comme Weetabix éditeur du site i-Actu ou encore Judicael qui a créé une boutique en ligne dans le domaine des semelles de chaussures, chacun apporte son expérience et sa vision de l’entrepreneuriat sur le web.

On vient par exemple de créer une nouvelle rubrique pour demander l’avis des autres membres sur son site ou son blog, effectivement avoir des avis extérieurs permet de se rendre compte de choses qui ne vont pas et de progresser encore plus vite.

Pour les membres qu’est-ce que vous pensez du forum ? Quelles améliorations ou fonctionnalités voudriez-vous voir apportées ? Quelles rubriques ?

Pour tous les autres, rejoignez-nous dès maintenant sur le forum des Web Entrepreneurs Débutants pour partager avec d’autres web entrepreneurs et faire décoller voter business.

5

Bienvenue sur Web Entrepreneur Debutant

Lorsque je me suis lancé dans le web entrepreneuriat je ne savais pas très bien par où commencer, il y a tellement d’information disponible et de ebooks à ne plus savoir qu’en faire, j’ai réalisé récemment que l’information la plus importante, celle qui m’avait permis de parvenir à réaliser 200 euros de chiffre d’affaires mensuel sur mon blog en seulement 3 mois de monétisation, m’avait été donnée par un blogueur que j’avais rencontré et que je vois toujours régulièrement pour parler de nos projets.

Sur WebEntrepreneurDebutant je veux mettre à disposition toute l’information dont vous avez besoin pour arriver à gagner vos premières centaines d’euros de revenus par mois avec votre blog.

Pour ceux qui connaissent mon parcours, mon projet est de devenir web entrepreneur et de pouvoir continuer à voyager, pour cela je vais devoir m’auto former et apprendre énormément de choses aussi je vais lire un maximum de ebooks dont je ferai ensuite la revue sur Web Entrepreneur Debutant pour que vous puissiez rapidement déterminer facilement quel ebook est le plus adapté pour vos projets web.

A notre succès,

Aurélien de Read Me I’m Famous