Archive

Category Archives for "Comment créer son entreprise"

INTERVIEW DE PAT, COFONDATEUR DE LA PLATE-FORME D’AFFILIATION ELDOLINK.COM

Bonjour, est-ce que tu peux nous raconter ton parcours ? Comment tu as créé ton entreprise sur le web ?

Bonjour et tout d’abord merci pour cette interview !

Alors, pour faire bref, j’ai démarré dans le web il y a plus de 15 ans maintenant. A l’époque, il n’y avait pas de réseaux sociaux et GG n’en était qu’à ses balbutiements…

J’ai monté ma première boite durant mon stage en école de commerce en 2000-2001, j’avais 27 ans puis j’ai enchainé les aventures entrepreneuriales, certaines ont bien réussi, d’autres moins !

Lire la suite

2

Comment développer son entreprise ?

Augmenter son chiffre d’affaires tout de suite!

Pour développer son business immédiatement, vous pouvez procéder à une hausse des prix ou une segmentation de vos produits pour tirer le pannier moyen vers le haut.

Une augmentation du prix de vente n’occasionne pas de coûts supplémentaires et ne risque pas d’engendrer des difficultés de trésorerie. Cependant, les chefs d’entreprise craignent souvent qu’une augmentation des prix unitaires ne fasse fuir les clients. Plusieurs études peuvent les rassurer. De nombreuses enquêtes révèlent, en effet, que le prix est rarement le 1er critère d’achat, c’est le produit lui même qui importe le plus, bien entenu votre prix ne doit pas être assassin !

En créant différent produits ou services à partir du même produit, vous pourrez alors ségmenter votre produit et vendre plus cher en jouant sur le système des options, un peu comme pour une voiture.

Utiliser internet pour vendre plus

Internet et tous les outils qui le composent restent pour vous le meilleur moyen de doper vos ventes.

Pour cela vous pouvez utiliser les réseaux sociaux, la publicité, la vidéo, votre site e-commerce et alors vous aller rapidement booster votre entreprise.

Pour développer son entreprise avec internet, le meilleur moyen reste d’avoir un site de vente en ligne ou un site faisant la promotion de vos produits/services ramenant vers votre lieu de vente.

Si vous avez une activité vers les particuliers, il faudra alors utiliser en masse les réseaux sociaux grands publics tels que Facebook, Twitter, Pinterest et Instagram.

Si votre business s’adresse à des entreprises, les réseau sociaux professionnels et le mailing ciblé deviendront vos armes internet pour démarcher au mieux.

L’utilisation des outils online

Vous pouvez également booster votre productivité en utilisant les outils en ligne comme les documents partagés pour collaborer avec vos clients ou vos collaborateurs, pour cela il existe Google Docs, Drive, DropBox. Avec ces outils vous gagnerez un temps fou pour développer et gérer votre entreprise au quotidient.

1

Comment améliorer l’image de marque de son entreprise en ligne

Vous en avez peut-être conscience, ou peut-être pas, mais la perception qu’a votre audience de vos produits ou de votre activité est un facteur déterminant dans la décision d’achat et donc un aspect important de la réussite ou non de votre entreprise.

Si certaines grandes entreprises ont parfois une image déplorable, une petite entreprise se trouvant dans le même cas risque de devoir faire face à de grosses difficultés.

Améliorer l’image qu’ont vos prospects de vous, c’est-à-dire votre image de marque est un indispensable de votre réussite.

Oui mais comment faire ? C’est ce que nous allons voir dans les lignes qui suivent !

ameliorer-son-image-de-marque

 

L’image de marque, qu’est ce que c’est ?

Nous avons vu que l’image de marque de votre entreprise est la vision qu’ont de vous votre audience ou vos prospects.

Cette image n’est pas toujours semblable à l’image que souhaite montrer l’entreprise, mais plutôt à celle que perçoit et ressent le public.

L’image de marque est donc très fortement liée à la notoriété et à votre réputation.

Une entreprise est perpétuellement en contact avec des employés, des prospects, des clients, des fournisseurs, des partenaires et bien d’autres. Chacun de ses groupes à donc une image différente de votre entreprise et vous pouvez la travailler pour chacun d’eux.

 

Pourquoi travailler son image de marque ?

L’image de marque de votre entreprise peut largement influencer le chiffre d’affaires que vous réalisez. En effet, avoir une image positive peut largement améliorer votre nombre de ventes, mais cela peut également vous permettre d’augmenter vos tarifs.

A contrario, si le ressenti de vos visiteurs/prospects est mauvais, vos chances de vendre sont considérablement réduite.

Il est donc de votre intérêt de vous faire connaître, de communiquer sur votre entreprise et de savoir vous faire apprécier, notamment de vos clients.

 

Comment faire ?

Les critères qui influent sur votre image de marque sont tellement nombreux qu’il est très difficile d’en faire une liste complète. Cet article ne sera donc pas totalement exhaustif mais il va vous donner un certain de pistes, de points, sur lesquels travailler.

Comme dans tous les cas lorsque l’on cherche à améliorer quelque chose, il faut encore savoir de quel niveau on part. La première étape consiste donc à mesurer et analyser votre image, ses retombées, ainsi que ses forces et faiblesses.

 

Une fois cela effectué, un grand nombre de possibilités s’offrent à vous :

Communiquer sur les réseaux sociaux : cela vous permettra de conserver une relation avec votre audience et de lui montrer votre implication. N’hésitez pas à répondre aux questions que l’on vous pose sur les réseaux, mais également à commenter des actualités en donnant un avis construit et pertinent. Faites transparaître les valeurs de votre société sans faire votre promotion ni sans le dire ouvertement. Ne dites pas que vous êtes sympas, pas cher et que vous faites le travail de meilleur qualité, mais montrez-le.

 

Vérifier les aspects légaux : une entreprise de qualité veille à ce que les informations légales soient accessibles quand le besoin s’en fait sentir. Conditions Générales de Vente, Mentions Légales et autres sont en effet des éléments qui vont prouver votre sérieux à votre audience et donc les mettre en confiance.

 

Avoir un accès facile à vos produits : bien évidemment, je ne rappelle pas qu’il est impératif de proposer des produits et contenus de qualité car c’est la base de votre réussite. Attention cependant de ne pas oublier de permettre un accès simple et efficace à vos produits. Vérifiez que votre processus de vente est rodé, que vous n’avez pas un lien mort sur votre page de vente, qui, en plus de bloquer la vente peut également être vu comme un manque de sérieux. C’est la même chose lorsque vous envoyez des e-mails, par exemple pour un accès à un espace membre.

Soyez clair, précis, et guidez vos visiteurs, vos prospects et vos clients. Non seulement cela améliorera votre image de marque mais vos permettra également d’améliorer vos taux de conversion.

 

Savoir être à l’écoute : restez à l’écoute de vos clients et partenaires et si besoin est, n’hésitez pas à leur expliquer les motifs de certaines de vos décisions (augmentation de tarif, réduction du contenu d’un produit, etc.) de façon honnête, sans pour autant leurs donner tous les rouages de votre fonctionnement, ce qui, au demeurant, n’intéresserait personne ou presque.

 

Les éléments sur lesquels vous pouvez jouer sont vraiment nombreux, mais dans tous les cas, vous devez vous rappeler que valoriser son image de marque est essentiel pour toute structure aspirant à la longévité.

Travaillez votre communication, votre identité visuelle, montrez-vous professionnel et à l’écoute des préoccupations de vos clients et vous verrez rapidement les retombées de vos actions.

Avez-vous déjà réfléchi à l’image que renvoie votre entreprise aux différentes personnes qui la côtoient ? Avez-vous déjà essayé d’améliorer cette image et comment ?

Dites-le nous dans les commentaires justes en dessous.

6 conseils avant de se lancer dans le grand bain de l’entrepreunariat

Les jeunes entrepreneurs ont parfois besoin d’un coup de boost et de précieuses recommandations pour se convaincre de franchir le cap de la création d’entreprise. Découvrez comment bien commencer son projet.

1 – Analysez vos points positifs, découvrez vos points négatifs

Le bilan personnel est de mise lorsque l’on crée son entreprise, cela fait partie des premières étapes à entreprendre. Déterminez vos objectifs, ce qui vous booste, mettez le doigt sur vos défauts et les lacunes que vous pouvez avoir. Connaissez-vous au maximum, afin d’identifier ce qu’il faut améliorer et de ne pas perdre un temps précieux. Si vous disposez d’un bon sens du commerce et des connaissances solides, mais aucune expérience dans le milieu, mieux vaut peut-être remettre le projet à plus tard et faire vos premiers pas au sein d’une entreprise déjà créée. Vous y acquerrez les bases fondamentales et mettrez en pratique le savoir-faire acquis.

2 – Faites l’état des lieux d’un point de vue finances

Votre situation financière est au c?ur des enjeux et déterminera la viabilité de votre projet. Ne soyez pas trop gourmand ni impatient : c’est un processus long et lourd, et il faut vous attendre à ne percevoir aucun revenu au moins la première année suivant la création de votre entreprise. Si vous êtes au chômage, la meilleure solution est de limiter les dépenses. Si vous avez une activité professionnelle, votre employeur peut vous accorder un temps partiel pour création d’entreprise. Ainsi, vous percevrez une rémunération mensuelle et pourrez vous soucier de votre propre entreprise la moitié de votre temps.

3 – Entourez-vous bien !

L’idéal, c’est de construire sa société avec une personne de confiance, dont on connaît déjà les qualités et les défauts, qui ne nous réserve pas de surprise et avec qui on est plus ou moins sûr de s’entendre. La création d’entreprise est déjà une affaire assez stressante pour en plus se coltiner un associé avec qui on multiplie les désaccords. Son expérience et son savoir doivent pouvoir compléter les vôtres afin d’avoir un champ de rayonnement maximal. Votre vision et vos objectifs doivent être les mêmes, tout comme vos motivations et votre implication.

4 – Récoltez des avis

Essayez de partager votre idée à des personnes appartenant au même secteur que celui que vous envisagez, afin de prendre connaissance de la réalité du marché et de découvrir leur point de vue sur votre projet, s’il est réalisable ou non, si la situation économique est bénéfique ou non. Ils vous donneront aussi des indications, des étapes à ne pas manquer comme la publication d’une annonce légale dans un Journal Officiel, attestant de la création de votre entreprise, ou bien comment monter un dossier à présenter à une banque pour solliciter sa participation ou l’accord d’un crédit.

5 – Faites appel à des aides

Dès lors que vous êtes décidé à réaliser votre projet, il vous faut requérir de l’aide. N’hésitez pas à entrer en contact avec le CFE ou la CCI, le MoovJee ou les chambres des métiers et d’artisanat. Ils vous apporteront un soutien moral et vous conseilleront dans l’élaboration de votre projet. De la même façon, contactez des jeunes entrepreneurs ou des personnes dont le projet est de le devenir, l’entraide pourra vous sauver la mise !

6 – Aiguisez votre personnalité

Vous êtes de nature timide ? Sortez du placard et foncez ! Vous êtes jeune et intrépide ? Veillez à calmer vos ardeurs et à rester professionnel quelle que soit la situation. Vous êtes de nature pessimiste ? Gardez le moral et tenez bon. Il est vrai que la création d’entreprise est une véritable aventure, et les motifs de démotivation sont récurrents. L’important est de garder la foi et de rester positif le plus longtemps possible, sans quoi cela sera une perte de temps, d’argent, d’énergie. Vous y laisserez des plumes, vos amis, votre famille à cause de votre irritabilité, vous dépenserez des sommes pour au final abandonner. Ne vous démoralisez pas !

1

Choisir un statut juridique : une étape cruciale de la création d’entreprise

Bien que la culture entrepreneuriale continue de trouver un écho positif au sein du public français, nombreux sont ceux qui mettent en avant la complexité des démarches relatives à la création dentreprise. Ces formalités sont en effet plus ou moins fastidieuses en fonction du statut juridique de la future entreprise.

            Le cadre juridique d’une entreprise se classifie parmi deux grandes catégories : l’entreprise individuelle (EI) ou la société. On compte en France, trois différents types d’entreprises individuelles. La première, dite “Entreprise Individuelle”, est soumise à des formalités très simples et à des coûts minimes. La législation relative au capital social n’impose aucun minimum. Les projets modestes de création dentreprise sont souvent orientés dans cette direction. Et pourtant, elle ne présente pas que des avantages car l’ identité de l’entreprise se confond avec celle de son dirigeant. Celui-ci est entièrement responsable en cas de difficulté. Ce qui sous-entend que les créanciers peuvent saisir ses biens personnels pour se rembourser. Le second type dit “Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée” (EIRL), permet d’échapper à ce genre de mésaventure car dans ce cadre juridique, le patrimoine professionnel et le patrimoine personnel sont bien distincts. Enfin, un projet de création dentreprise peut se matérialiser sous le statut d’ “Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)”. À la différence des deux autres types d’entreprises individuelles, l’EURL permet d’avoir une personne physique ou une personne morale pour seul associé. Si l’on se penche sur les similitudes entre ces différents types, on peut tout particulièrement noter que la responsabilité du dirigeant est limitée au montant du patrimoine d’affectation tout comme il en est dans le cas de l’EIRL.

            Quant au régime social des différents types d’ entreprises individuelles, il convient de mentionner que les EIRL et EURL sont par défaut soumises à l’ impôt sur le revenu. Les associés sont directement imposables. Cependant ils peuvent faire le choix d’opter pour une imposition de leur bénéfice à l’impôt sur les sociétés, ce qui n’est pas possible dans le cadre du statut d’une entreprise individuelle.

            La seconde grande catégorie juridique de l’entreprise dite “société” présente davantage de variantes : Société Anonyme (SA), Société à Responsabilité Limitée (SARL), Société par Actions Simplifiée (SAS), Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU), Société en Nom Collectif (SNC), Société Civile Professionnelle (SCP), la Société en Commandite Simple (SCS) et la Société Coopérative et Participative (SCOP).

            Les créations dentreprises qui prennent la forme d’une SA, SARL, SASU et SAS sont les cadres juridiques les plus répandus. Toutes ces sociétés engagent une responsabilité limitée et toutes offrent le choix d’être imposable sur l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur la société. La SA requiert un capital minimal de départ important estimé à 37 000 euros. Ce minimum s’élève à 225 000€ si la SA fait appel à l’épargne public. Les entreprises régies par ce coûteux statut, sont par essence de grosses machines dont la structure est lourde (comprenant une assemblée générale et un conseil d’administration). Cette forme juridique exige également l’association de sept actionnaires minimum. La SARL accommode des budgets plus modestes et ne nécessite que deux associés. Celle-ci ne peut pas faire appel à l’épargne public comme il en est le cas des SASU et SAS. Ces deux dernières sont à mi-chemin entre la SA et la SARL puisqu’elles intègrent tous les avantages de la SA afin de rassurer les investisseurs tout en offrant une structure et des modalités aussi flexibles que la SARL. La SAS Coviva a prouvé que le processus de création d’entreprise qui s’enclenche dans le cadre de ces législations propres aux Sociétés par Actions Simplifiée, séduit les plus ambitieux et redore ainsi l’économie française.

            Quant aux créations dentreprises qui adoptent le statut de SNC, SCS ou SCP, elles engagent soit une responsabilité solidaire ou une responsabilité illimitée. Toutes trois offrent la possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur la société. Les travailleurs ne bénéficient pas du régime salarial. En cas de cessation, les deux premières exigent un agrément à l’unanimité alors que la SCS requiert un agrément à la majorité (75 %).

            Enfin les créations dentreprises qui prennent le statut de SCOP sont à mi-chemin entre les deux grands groupes que nous avons définis ci-dessus. D’ailleurs la SCOP peut se convertir en une SA ou SARL au cours de son histoire. Cette forme juridique requiert un capital de base qui varie entre 30 et 500 euros et un minimum de deux associés dont la responsabilité est limitée. Ces derniers bénéficient du regime salarial. En cas de cessation, le remboursement s’évalue à hauteur de sa valeur nominale.

            Le choix de l’un de ces cadres juridiques marque la concrétisation du projet de l’entrepreneur ou autrement dit, le veritable point de départ du processus de création d’entreprise.

4

Comment créer son entreprise ?

Créer son entreprise reste, en France, un symbole fort. Parfois soutenus soutenus par leur famille, leurs amis, parfois découragés de se lancer dans un tel changement de vie, le quotidien du créateur d’entreprise n’est pas de tout repos.

Pourtant, sur ce forum vous êtes nombreux à en être à ce stade, voire a déjà posséder votre propre entreprise pour certains.

Que vous soyez dans le premier ou le second cas, ce que vous allez surement apprendre dans cet article va se révéler d’une grande aide pour vous et vos activités !

Comment monter sa boîte

creer-son-entreprise

Comment créer son entreprise. Quatre mots lourds de sens et d’investissements en tous genres.

Quatre mots qui impliquent un changement de vie, de fonctionnement et de façon penser pour la personne – étudiant, salarié ou en reconversion – qui décide de se lancer dans l’aventure.

Créer son entreprise c’est avant tout investir de sa personne, ne pas compter ses heures, ne pas mesurer son temps mais aussi tester ses propres limites et jauger ses capacités.

Pour créer son entreprise, il faut donc, sans aucun doute, bien se connaître mais également être conscient de la nécessité de s’ouvrir aux autres.

Créer son entreprise, c’est en partie aller vers les autres, et ce, pour différentes raisons.

En tant que futur entrepreneur, il est bon pour vous de partager vos idées (afin de les tester), de récupérer des idées (afin de les tester), et d’exposer vos idées (dans le but d’être testé), par votre banquier notamment.

La meilleure façon, et la plus rapide, de réaliser ce travail est clairement de rencontrer le plus de personnes possible en rapport de près ou de loin avec le domaine de votre future entreprise.

N’hésitez pas, échangez avec tous ceux qui le voudront bien.

Une fois l’idée germée, votre étude de marché réalisée et les financements acquis, il vous restera peut-être le compliqué mille feuille administratif à affronter.

Il existe, en France tout particulièrement, un certain nombre de lois régissant la création d’une entreprise en fonction du secteur de cette dernière.

Fort heureusement des techniques destinées à vous aider lors de la création de votre entreprise existent. Voyons ensemble ce qu’elles sont.

 

1- Trouver l’Idée qui engendrera votre entreprise :

Au sein d’une démarche entrepreneuriale, il ne s’agit pas uniquement d’avoir une idée, encore faut-il avoir la bonne, celle que vous pourrez développer puis rentabiliser.

Car si toutes les idées ne sont pas stupides ou inutiles (loin de là), ce ne sont pas forcément les plus méritantes qui vous apporteront le succès attendu. C’est ici que votre capacité relationnelle entre en jeu.

 

- L’idée novatrice :

Soit vous l’avez, soit vous ne l’avez pas. L’idée novatrice peut vous pousser à créer votre propre entreprise.

Elle est issue d’un savoir-faire que vous possédez, d’une qualité qui vous est propre ou d’un imaginaire débridé, et au départ, son unique qualité est d’être unique justement.

Si l’idée ne vous vient pas directement, et si vous le pouvez, voyagez découvrez, mettez vos oreilles et vos yeux en action et soyez attentifs. Les modes de vie et les habitudes à travers le monde pourront vous aider à trouver l’idée qui vous permettra de créer votre entreprise et pourquoi pas de  révolutionner un secteur tout entier.

 

- L’idée dite d’approfondissement :

Il s’agit ici, d’une idée déjà existante mais que vous poussez plus loin dans la réflexion et dans la conception, je m’explique.

Il ne faut pas forcément aller chercher quelque chose de très compliqué pour obtenir une idée rentable. Soyez conscient que certains produits sont difficilement détrônables de leur position et qu’essayer peut s’apparenter à une perte de capital et de temps vertigineuse.

Alors que vous pouvez tout à fait reprendre cette même idée – attention à ne pas la copier – soit en la modifiant, soit en l’améliorant si c’est encore possible.

Soyons clairs, il est moins risqué de  reprendre une idée que d’attendre l’« Idée ». Si vous optez pour cette tactique, veillez cependant à apporter une réelle plus-value à votre projet afin qu’il fonctionne et surtout pour ne pas être taxé de plagia.

creer-son-entreprise

2 – Réaliser une étude de marché ou de faisabilité :

Cette étape n’est pas indispensable à la réussite de votre entreprise aussi je ne m’étendrai pas outre mesure. Cependant, il peut être utile de réaliser ou de faire réaliser une étude de marché ou encore un business plan avant de créer votre entreprise.

Il est clairement utile de connaître le secteur dans lequel vous souhaitez vous lancer. Cela pourra vous permettre d’évaluer une potentielle concurrence ainsi que les attributs indispensables à votre futur produit.

En effet qu’il soit virtuel, commercialisable, téléchargeable, réalisable ou parfaitement novateur, votre produit devra passer par certaines étapes de fabrication ou de mise en œuvre et répondre à certains critères de confort, de fiabilité, de clarté ou encore de sécurité pour plaire à ceux qui deviendront vos clients.

Malgré cela, l’étape n’est pas indispensable.

Vous pouvez tout à fait créer votre entreprise sans passer par la case audit, étude de marché ou business plan. Il s’agit alors de valider au plus vite votre produit en le proposant clairement et sans détour.

Sachez poser les bonnes questions, « Achetez-vous ceci ? », sous entendu, maintenant, êtes-vous prêt à utiliser votre carte bancaire. Si oui, votre étude de marché est toute réalisée.

 

3 – Trouver des financements :

Créer son entreprise à, en général, un coût qu’il est difficile de contourner. Il est d’ailleurs important de savoir l’évaluer avant toutes choses.

Des outils et des interlocuteurs (comme le business plan ou un expert comptable) sont à votre disposition pour cela.

Une fois ce coût évalué, il est souvent indispensable de lever des fonds, notamment pour les entreprises ayant besoin de murs et/ou de matériel.

Encore une fois, vous aurez besoin de rencontrer le plus de personnes personnes possible. Qu’il s’agisse de professionnels du secteur, de banquiers et ou mécènes, il vous faudra leur apporter la preuve que votre entreprise peut être rentable et accessoirement, les amener à croire en votre projet.

La France dispose également de nombreux dispositifs tels que les prêts d’honneurs et d’autres aides – pouvant varier en fonction de la collectivité à laquelle vous vous adressez – locales afin de vous aider à créer votre entreprise.

Renseignez-vous auprès de votre CCI ou de la Chambre des Métiers la plus proche de chez vous.

Ceci dit, il existe une autre possibilité, celle de trouver des investisseurs – privés ou publics – désireux d’investir dans une jeune entreprise ou de diversifier leurs capitaux.

C’est à vous de voir quelle méthode vous met le plus à l’aise et surtout quels moyens sont les plus adaptés afin de lever les fonds adéquats à la création de votre entreprise.

 

4 – Le moment de vérité :

C’est le moment que vous attendez avec plus ou moins d’excitation, plus ou moins d’appréhension, celui du lancement de votre société.

Quel que soit votre votre statut juridique – EIRL, auto-entrepreneur, SARL … – et quelle que soit votre structure, – fond de commerce ou virtuelle – viendra un jour le moment du lancement.

C’est ce pour quoi vous avez longtemps travaillé, c’est ce à quoi vous avez longtemps rêvé.

Il ne vous reste plus qu’à prendre une grande inspiration et ouvrir vos portes ou votre site web aux visiteurs.

Dans les deux cas, n’oubliez pas ce conseil, pensez à valider au plus vite votre activité en réalisant dans les premiers jours une vente initiale. Celle ci est importante pour votre moral, mais aussi pour le bon développement de votre entreprise.

 

Que pensez-vous des conseils donnés dans cet article ? Vous ont-ils aidé ? En avez-vous d’autres a partager avec nous ?

Dites-le nous dans le commentaires ci-dessous.

1 2 3 7