Comment bien travailler seul en tant qu’indépendant ?

Recevez tout de suite votre accès à la formation "Lancez un business à 2ke par mois en 4h par semaine"

lancer un business à 2ke par mois2

Le plus difficile, pour un webentrepreneur débutant, ce n’est pas de créer un produit. Ni de booster son trafic. Ni de rédiger un argumentaire de vente.

Le plus difficile, c’est d’apprendre à travailler seul. Parce que c’est justement l’obstacle qui empêche la plupart d’entre-nous de créer des produits, de booster le trafic d’un site, et de vendre.

Avant de lancer son activité, on rêve d’indépendance. Pourtant, une fois que la machine est en route, on regrette parfois d’être seul. Seul face à sa liste de tâches, seul face à ses responabilités, seul face à ses échecs.

Certains en viennent parfois à regretter de ne plus avoir de patron. Un de mes amis, par exemple, a repris une activité salariée après 3 ans en indépendant, malgré son succès. Parce qu’il avait besoin de faire partie d’une équipe, et de pouvoir se reposer sur un manager.

Alors bien sûr, on peut travailler avec un partenaire. On peut lancer son activité à deux, ou à trois.

Le problème, c’est qu’un partenaire n’est pas un patron. Un partenaire ne vous obligera pas forcément à travailler les jours où vous êtes d’humeur à rester au lit. Un partenaire ne vous obligera pas forcément à finir votre liste de tâches avant d’éteindre votre PC et d’aller boire une bière. Et vous ne pourrez pas vous reposer sur lui quand vos ventes chûteront. Il vous demandera des comptes, mais ne sera pas derrière vous tous les jours pour vous aider et vous motiver…

Alors comment faire ?

Quand vous travaillez seul, vous êtes à la fois patron, manager et simple employé.

Oubliez l’un de ces rôles, et vous allez foncer droit dans le mur…

Le patron, c’est celui qui définit la stratégie de l’entreprise. Beaucoup d’indépendants échouent parce que leur coeur de métier occupe tout leur temps et monopolise leur esprit. Ils ont la tête dans le guidon, et perdent la capacité de penser « long terme ». Ils vivent dans l’urgence, et passent leur temps à essayer de récupérer le retard qu’ils ont accumulé dans leurs projets.

Bloquez une journée ou une après-midi chaque semaine pour occuper le rôle du patron. Quoi qu’il arrive. Définissez vos objectifs à long terme, guidez le navire vers la bonne direction, et redressez le gouvernail si c’est nécessaire.

Le manager, c’est celui qui organise les listes de tâches, et qui les délègue. Il trace un plan de route concret pour atteindre les objectifs définis par le patron. Et contrôle le travail des employés au jour le jour.

Bloquez une journée ou une après-midi par semaine pour occuper le rôle du manager. Définissez une fois pour toute les tâches à accomplir au fil des 7 jours à venir, et déléguez ou automatisez celles qui sont les plus rébarbatives, ou qui risquent de monopoliser votre temps au détriment des tâches les plus importantes.
Sachez distinguer ce qui est « urgent » de ce qui est vraiment important. Et n’hésitez pas à remettre à plus tard un projet soi-disant urgent, mais sans vraies conséquences, au profit d’un projet important, et dont les conséquences sont capitales pour votre activité.

Le reste de la semaine, vous êtes votre propre employé. Tout simplement. Il vous suffit de suivre, bêtement, votre liste de tâches. Une par une. En sachant que vous aurez des comptes à rendre la semaine prochaine, lors de votre journée « manager ».

Quand vous traitez vos tâches, ne remettez jamais en cause votre stratégie. Ne changez jamais de direction. Ce n’est pas le moment de le faire, et c’est souvent, d’ailleurs, l’excuse qu’on utilise pour renoncer aux tâches les plus rébarbatives…

Au contraire, notez ces idées sur une fiche que vous allez passer en revue lors de votre prochaine « journée patron », ou de votre prochaine « journée manager ». Et pas avant.

Enfin, quand on travaille seul, il est indispensable de réduire les échéances de ses projets, parce que personne n’est là pour nous demander de rendre des comptes à intervalles réguliers.

Les entreprises classiques organisent souvent leur planning par mois. Parfois par an…
Au contraire, fixez-vous des objectifs hebdomadaires. Faites un bilan de santé de votre activité une fois par semaine. Et si possible, rémunérez-vous de façon hebdomadaire, pour que le lien entre votre travail de la semaine et vos revenus hebdomadaires devienne immédiatement palpable.

Un mois, c’est long. Quand on a 30 jours pour atteindre un objectif, on se dit que ça attendra bien 3 jours de plus. Puis une semaine de plus. Puis deux semaines… Avant de se rendre compte qu’on a déjà dépassé l’échéance.

En organisant votre planning de façon hebdomadaire, et en découpant vos objectifs en sous-projets, vous les rendez immédiatement palpables. Et vos résultats aussi. Chaque journée compte. Et vous avancez beaucoup plus vite.

Au boulot !

Click Here to Leave a Comment Below 21 comments
Bérenger@Je bégaie ! - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Un article essentiel et indispensable ! C’est la partie qui m’a posé le plus de problème à mes débuts, et qui, je l’avoue, continue à m’en poser pas mal…

En tout cas merci pour la piquer de rappel, c’est jamais superflu !

[Reply]

Reply
Jean - Travaillez en Slip - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Merci pour la publication !

[Reply]

Reply
Sam (MosaLingua) - 25 août 2011 at 19 h 34 min

De très bons conseils. Cela me fait penser au très bon livre E-Myth Entreprener (http://www.e-myth.com/).
C’est vrai que j’ai souvent des combats internes, entre mon côté manager, mon côté entrepreneur et mon côté employé, dure dure ;-)
Mais pour rien au monde je changerais mon mode de vie, vive la liberté ! Et pour le manque de contact humain, il y a les espaces de coworking (mais pas toujours facile à trouver selon l’endroit où l’on se trouve)

[Reply]

Reply
Aurélien Amacker - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Merci pour cet excellent article Jean.

Quand on travaille sur Internet un bon moyen de prendre du recul par rapport à son travail c’est d’aller faire un tour, de prendre une pause, ou même quelques jours de vacances.

Pour ce qui est de « socialiser », perso ça me pose aucun problème, j’ai toujours des amis sur place, et quand je suis au travail j’ai pas l’impression d’être tout seul, entre les blogueurs que je coache, les copains blogueurs sur le forum et mes partenaires, j’ai largement de quoi faire ;-)

[Reply]

Reply
karine - 25 août 2011 at 19 h 34 min

La stratégie ! Voilà ce que j’ai surtout découvert sur le net. Tout d ‘abord en écoutant un webséminaire de Sébastien le Marketeur ( il insiste vraiment sur la stratégie avant tout !) et ensuite en découvrant des blogs comme le tien.

Merci pour ce rappel important.

Karine

[Reply]

Reply
Johann - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Content de revoir des articles de Jean. Ces conseils me seront très précieux car je commence tout juste à travailler en tant qu’indépendant et c’est pas toujours facile de se « discipliner ».
J’essaie justement d’alterner entre stratégie et exécutif en fonction de mon état d’esprit. Je vais mieux organiser tout ça.

Je discutais avec un ami pas plus tard que cet après midi qui a justement avoué avoir des périodes d’envie d’indépendance et des périodes où il a besoin d’être juste « managé » en dépendant de quelqu’un d’autre.

Bonne continuation !

Au plaisir de te lire

Johann

[Reply]

Reply
Mi - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Et mon petit de 3 ans, c’est mon boss, mon partenaire ou mon employé…?;-)

[Reply]

Simon de Toile-filante.com Reply:

Ton boss très clairement ;-)

[Reply]

Reply
  Travailler seul, le défi de nombreux entrepreneurs - 25 août 2011 at 19 h 34 min

[…] Quand on démarre une activité on est souvent isolé, et le plus grand challenge de l’entrepreneur c’est d’apprendre à travailler seul. […]

Reply
Benjamin B - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Effectivement, excellent conseil. A mon avis on a tous une affinite avec tel ou tel type de fonction! Quand j’ai monte ma boite, j’etais surtout passionne par la realisation du projet (produire le disque), mais beaucoup moins par le long terme (pousser les ventes, marketing, etc.)

[Reply]

Reply
Alexandra@AB Office télésecrétariat - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Ravie de voir que Jean a repris du service avec ses articles hyper intéressants.La double casquette est une des problématiques du solo-entrepreneur, c’est clair il faut pensez à tout. Généralement on se lance en n’ayant en tête que sa spécialité, mais très vite on découvre qu’il faut être patron,employé,comptable,commercial et j’en passe. La rigueur est la seule solution qui permette de ne pas sombrer, perso j’y ajouterai de ne pas oublier de prendre également la casquette de client, ça aide pour les remises en question et réajustements de stratégies.
Encore merci Jean

[Reply]

Reply
Pierre-Louis - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Merci à Jean pour cet excellent billet.
En lisant ce papier j’identifie bien que je n’ai aucun problème à être mon propre patron et mon propre manager par contre j’ai beaucoup de mal à être mon propre employé ;-) !
C’est également pour cela que je m’imagine pas redevenir l’employé de qui que ce soit d’autre que moi.

[Reply]

Reply
Clément - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Salut Jean,

Merci pour cet article bien mené !

On repart avec des actions concrètes à mettre en place tout de suite.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça donne la pêche :)

Et en parlant de motivation, j’ai bien aimé ton idée de se rémunérer à la semaine.

[Reply]

Reply
Christian@conseils jardin - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Avant j’étais le boss d’une entreprise, maintenant je suis le boss, le manager et l’employé d’un blog. Trois fois plus de boulot et en plus l’employé a tendance à prendre le dessus. Il va falloir que je redresse le cap.

merci Jean pour ce rappel très utile.

P.S: avec cette article qui nous rappelle à l’ordre et nous remet un peu en place, tu ne deviendrais pas un peu le boss de tous ce qui te lisent?

[Reply]

Reply
Benoît - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Salut Jean et Aurélien !

Excellent article. Ca me rappelle je crois le livre « the 7 habits of highly effective people » de S. Covey. Je crois qu’il y présentait cette méthode (à moins que je me trompe de livre?)

Cette méthodologie de séparer les fonctions de directeur/manager/employé marche pas mal du tout et est à tester.

Et puis, Jean, content de te relire enfin :)

[Reply]

Reply
Michael L. - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Salut,

Voilà un article que tout Web Entrepreneur Indépendant et Débutant devrait lire avant de se lancer. Pour ma part, j’en prends bonne note car il y a des choses vraiment essentielles dedans. Merci.

[Reply]

Reply
Chris - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Super article de Jean encore une fois. J’apprécie aussi beaucoup l’idée de Florent Fouque, créer son propre auto organigramme en symbolisant les différentes strates sur lesquelles on doit intervenir séparément.
C’est un peu une sorte de méthode GTD appliquée à l’auto-entreprise en fait :-)

[Reply]

Reply
7 conseils et astuces de web entrepreneurs, technomades et/ou blog trotteurs | Web & Design | Locita - 25 août 2011 at 19 h 34 min

[…] junkie, qui se qualifie de “SPF” (Sans Pays Fixe) nous confie dans son article Apprendre à travailler seul : la méthode, que le plus difficile pour un web entrepreneur reste avant tout la gestion automone. Car vous […]

Reply
Martine - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Merci Ça me détend de lire cet article et surtout de bloquer 2 demi journées sur l’agenda pour exercer chacune des 2 fonctions séparément. Ça clarifie si bien ce qui se passe intuitivement et par nécessité.

[Reply]

Reply
Didier A J SCHAEFER - 25 août 2011 at 19 h 34 min

Merci pour ces excellents conseils, qui rejoignent un peu ceux de Sonia FRENCH (les clefs pour réussir).

[Reply]

Reply
gildas - 25 août 2011 at 19 h 34 min

C’est marrant, on dirait la méthode GTD, mais sans le mot GTD dedans.

Par contre, je ne suis pas d’accord avec le fait de se rémunérer de façon hebdomadaire. pourquoi ? Tout simplement par ce qu’un bon gestionnaire mensualise ses dépenses, puisque ses recettes le sont. Ca c’est de la gestion pas de l’organisation.

Travailler seul de chez soi, ca n’est pas simple, moi je m’organise volontairement des moments de procastination (un peu comme en ce moment), et à la manière pomodoro, s’il vous plait.

[Reply]

Reply

Leave a Reply:

Pas de commentaire avec des ancres optimisées du style "gagner de l'argent" ou "casino en ligne", merci.